Communication / Paper

Titre original
Original title
Importance de la connaissance des dispersions individuelles estimées sur de plus longues distances
Langue / Language
Français
Titre traduit
Translated title
Importance of Dispersal Tail Characteristics
Auteur(s) / Author(s)
Klein E. ; Lavigne C. ; Larédo C. ; Gouyon P.-H. ;
Affiliation Auteur
Author affiliation
UMR 518 Inra-AgroParisTech de mathématiques et informatique appliquées / UMR 8079 CNRS-université Paris-Sud ESE ; UMR 8079 CNRS-université Paris-Sud ESE ; Inra unité de biométrie ; UMR 8079 CNRS-université Paris-Sud ESE
Résumé original
Original abstract
De nombreuses études expérimentales et théoriques se sont attachées à décrire la dispersion du pollen à courtes et moyennes distances (moins de 100 m en général), que ce soit en milieu continu (la surface considérée est couverte de manière homogène par l'espèce considérée) ou lors de l'étude de l'effet de discontinuités (surfaces non cultivées ou couvertes par une autre espèce) sur la dispersion du pollen. Ces études sont fondamentales lorsque l'on cherche à comprendre et prédire les taux de pollinisation croisée entre deux champs voisins ou les taux de pollution génétique engendrés par des plantes indésirables au sein d'une parcelle ou à proximité. Cependant, que ce soit dans une optique de ségrégation de filières par une spatialisation des variétés ou pour des questions de biologie des populations relatives aux flux de gènes entre champs et populations hors-champs ou sauvages, il devient nécessaire de comprendre les flux de gènes à l'échelle plus large d'un paysage agricole (de l'ordre de quelques kilomètres). Il est donc nécessaire de travailler sur les possibilités d'extrapolation à l'échelle du paysage des fonctions de dispersion obtenues en milieu continu pour les courtes et moyennes distances. Nous présentons donc ici quelques travaux qui explorent les propriétés des queues de fonctions de dispersion. Ces travaux sont basés sur la dispersion du pollen de colza pour laquelle des fonctions de dispersion ont été obtenues par ajustement sur des données expérimentales (Inra Rennes). Nous présentons ces données et les ajustements réalisés dans la première partie. Des prédictions de taux de pollinisation croisée ont alors été réalisées en extrapolant les fonctions obtenues à de plus grandes distances (300 m) et confrontées à des données obtenues par le Cetiom (partie 2). Enfin, des modèles à l'échelle du paysage permettent de comprendre l'importance du poids de la queue de dispersion sur le mélange des pollens provenant de différentes sources. En particulier, le fait que la fonction de dispersion ait une queue à décroissance plus lourde que la dispersion exponentielle à un effet bien plus fondamental que la distance moyenne de dispersion (partie 3).
Mots-clés français
French keywords
dispersion du pollen ; queue de fonction de dispersion ; colza
Mots clés anglais
English keywords
pollen dispersal ; dispersal function tail ; rapeseed
Résumé traduit
Translated abstract
Pollen dispersal over short and intermediate distances (generally less than 100m) has been the topic of numerous experimental and theoretical studies (Eastham & Sweet, 2002). Particular importance has been given to the intra-field dispersal (i.e. homogeneous canopy and distances around 100m) and to the effects of discontinuities in the canopy (non cultivated areas, or areas cultivated with non-studied species). A precise description of intermediate distance dispersal and a better understanding of gap effects on pollen dispersal are necessary to predict the cross-pollination rates between two close fields or the genetic pollution within a field that originates from undesired plants (cultivated, feral or wild) in the vicinity. However, it has become relevant to understand pollen dispersal on the larger scale of agricultural landscapes (distances of several kilometers). This is true in agronomy for issues relative to GM and non GM co-existence by defining spatial patterns of fields grown with different varieties, as well as in population biology for issues relative to gene flow between fields and feral or wild populations. Thus, it is necessary to work on the means to extrapolate the dispersal functions fitted to experimental data collected in an homogeneous canopy and only over intermediate distances in order to apply them to a broad range of distances and situations. In this paper, we present concepts to investigate the role and importance of long-distance dispersal regarding mainly the properties of dispersal function tails.
Année / Année
2002
Section
1. Dispersion du pollen
 
Information sur le colloque / Information about the conference
Voir la notice du colloque
Titre
Séminaire de restitution de l'AIP « OGM et environnement »
Date
30/4/2002 -
Pays
France